logo conapac

CONFEDERATION NATIONALE DES

PRODUCTEURS AGRICOLES DU CONGO

More Website Templates @ TemplateMonster.com - July 08, 2013!

PASPOR: Les Coopératives, base de la nouvelle structuration des fédérations provinciales

Les ateliers provinciaux tenus dans les cinq provinces retenues pour  la mise en œuvre du programme PASPOR (Programme d’Appui à la Structuration, au Plaidoyer et à la professionnalisation des producteurs agricoles familiaux organisés en RDCongo) ont mis à nu les besoins des fédérations membres de la CONAPAC de se renforcer économiquement. Les fédérations ont choisi pour la plupart de se restructurer en coopératives et en unions de coopératives. 

En prélude de ses ateliers, la CONAPAC a organisé,  sous l’égide de son partenaire  Broederlijk Delen (BD en sigle)  qui porte,  dans le cadre du PASPOR, le lead thématique 1 sur la structuration, un atelier pour réfléchir sur la forme et le type de structuration susceptible de renforcer sa force économique ainsi que de ses fédérations membres. Cet atelier a été d’une grande utilité d’autant plus qu’il a pu ajouter à la mission de la CONAPAC celle de conduire les OP vers un développement économique. Ceci devrait inéluctablement avoir une incidence sur les textes de la CONAPAC.

 
A l’origine de cette réflexion, il y a les attentes des membres car le modèle mis en place d’avoir des organisations paysannes purement sociales aura montré ses limites. Les membres n’évoluent pas économiquement et se posent toujours la question : « qu’est-ce qui a changé ? ». L’une des grandes résolutions auxquelles a abouti cet atelier est que la structuration est vue désormais comme une stratégie pour aider les OP membres à se développer économiquement.  Autre élément : Par rapport à la loi, la CONAPAC est une Asbl. Pourtant certains de ses membres fonctionnent déjà en mode entreprises car ils produisent et commercialisent leurs produits. Ce sont donc des vraies entités économiques.  Quel statut devra avoir la CONAPAC par rapport à cela car sa mission de défendre des intérêts de ses membres producteurs agricoles ne concerne pas seulement les intérêts sociaux mais aussi les intérêts économiques. Comment orienter cette nouvelle donne en prenant en compte certaines diversités ?
Tout en rassurant que dans cette réflexion que la dimension sociale (plaidoyer) sera toujours préservée et devrait être renforcée par la dimension économique, la CONAPAC a fait mieux d’interpeller ses membres en les poussant à partager cette nouvelle vision lors des les ateliers provinciaux qui se sont tenus au courant du mois de Mai 2019. Et pour simplifier les résultats du rapport de l’atelier sur le partage de la vision de la CONAPAC, nous suggérons que les provinces puissent réfléchir aux questions suivantes : « Comment renforcer la dimension économique de votre fédération et de vos membres ? Quel est le mode de structuration qui sied bien à votre Fédération pour renforcer votre force économique ? Quels sont les étapes pour y parvenir ?  en précisant avec qui et comment s’y prendre ?  Qu’attendez-vous de la CONAPAC en termes de services à rendre aux fédérations membres ? Quels rôles devront jouer la CONAPAC et ses fédérations membres. (Définir clairement les services attendus avant de solliciter l’engagement des membres)? Quelles relations doivent exister entre les faitières et leurs membres ?


En réponse à ces préoccupations, quelques fédérations provinciales ont tenté de d’ouvrir la voie pour une structuration beaucoup plus performante. Les participants à l’atelier organisé dans ce cadre par la FOPAC Nord Kivu sont unanimes pour la restructuration de leur faitière en un mouvement paysan fort. Et cela en  prenant en compte les fonctions politique pour mener à bon port le plaidoyer, économique par les services à rendre aux coopératives agricoles structurées autour des filières agricoles économiquement rentables comme la pomme de terre, le café, le maïs et le riz, et technique par la valorisation des compétences agronomiques des grandes organisations paysannes pour l’amélioration des pratiques agricoles des producteurs organisés. La restructuration de la Confédération nationale des producteurs agricoles du Congo, CONAPAC en sigle dépendra de celle des fédérations provinciales.


Au Kongo Central,  les participants membres de la  Force Paysanne du Kongo Central (FOPAKO) ont  choisi de structurer leurs O. P respectives en coopérative et en union des coopératives. Pour renforcer ces choix, la FOPAKO se propose de former les animateurs ruraux sur l’approche coopérative ainsi que les leaders des unions sur la création et le fonctionnement d’une coopérative, de faire la sensibilisation des OP et Unions membres sur l’approche coopérative. Ils ont identifié trois secteurs géographiques pour trois coopératives pilotes. Une stratégie d’accompagnement des coopératives et des outils sera élaboré en vue de l’installation de  cinq coopératives pilotes dans les  cinq zones de production agricoles (kinkosi Luidi, Kasi, Fundu, Kakongo et Mao)  et de rendre opérationnels les cadres de concertation de secteurs (CCS)..Ils ont également ont identifié  quelques filières rentables par territoire et ont effectué une analyse de rentabilité partant des comptes d’exploitation des filières retenues.  Pour appuyer le développement des filières, la FOPAKO se propose de sensibiliser les producteurs agricoles sur la structuration des coopératives spécialisées (filières) et de former les animateurs ruraux  sur la chaine de valeurs agricole/filières agricoles et sur l’élaboration des comptes d’exploitation de différentes filières.


Tout comme à l’Equateur où les participants à l’atelier provincial de la Convention des Producteurs agricoles pour le développement de l’Equateur (COPADE)  se sont engagé à renforcer les organisations de base par l’évaluation des capacités de production des ménages des membres ; l’’accompagnement du processus de légalisation de ces organisations conformément aux lois du pays et par la sensibilisation des membres des organisations de base à la création des coopératives agricoles pour les fonctions économiques.


La COPADE sollicite de ce fait les autorités politico-administratives d’accorder les facilités pour la reconnaissance des organisations des producteurs agricoles. Bien plus, les participants ont apprécié en juste valeur l’intégration des filières agricoles porteuses dans la structuration des organisations des producteurs agricoles. Cette approche permettra certes de spécialiser les producteurs agricoles et se situer dans la chaine des valeurs pour chaque spéculation sélectionnée à savoir dans un premier temps l’huile de palme, le riz et la pêche.  Ce choix a été fait sur base des volumes produits et écoulés sur les marchés mais aussi des priorités des provinces. Les producteurs agricoles organisés autour de ces trois filières pourront progressivement  créer des coopératives ou unions coopératives  dont le rayon d’action sera déterminé à partir des grands bassins de productions vers les centres de consommations et marchés.


Ces changements de cap seront validés lors de deux prochaines grandes retrouvailles des producteurs agricoles, à savoir la Troisième réunion du Comité de pilotage national du programme PASPOR et l’Assemblée générale extraordinaire de la CONAPAC,  prévu en novembre-décembre 2019.


E. KOKOLO