CONAPAC-RDC

Site Web Officiel

FOPAKKM: Conception du projet pilote SIMA au Kwuilu

Caritas International qui tient le lead thématique de l’objectif 6  (Digitalisation) du PASPOR a convié quelques membres des staffs de la FOPAKKM et de la CONAPAC à un atelier afin de concevoir et de  valider l’expérience pilote du SIMA dans la province du Kwilu et définir les modalités de mise à l’échelle.

IL  s‘agissait pour les participants  de mettre en avant les défis dans le SIMA et principalement sur les responsabilités et les tâches à accomplir par le centre de gestion ; d’avoir une connaissance commune du fonctionnement du SIMA et des préalables à la conception du projet et d’identifier les canaux de transmission (SMS, radio, affiches, tableaux). Les participants devaient aussi définir le fonctionnement du centre de gestion (rôles et responsabilités) et maitriser les concepts du SIMA pour son efficacité.  S’appliquer dans le  traitement et le choix des informations à transmettre en fonction des catégories (: destinataires, spéculations, période, localisation) , définir ainsi  les mécanismes de suivi-évaluation du projet pilote et avoir une connaissance sur le fonctionnement de la plateforme TELERIVET, tels sont les autres  résultat attendus de cet atelier. En effet, en janvier 2020, la FOPAKKM a lancé une expérience sur la collecte et l’envoi d’informations sur le système de marché dans la province du Kwilu. 31 points-focaux pour la collecte des informations ont été interpellé par SMS pour récolter les prix du marché sur les produits définis (manioc, maïs et arachide) ainsi que les coûts de transport, de manutention, d’entreposage et de taxation dans 31 marchés différents (4 marchés urbains et 27 marchés ruraux). Ces points focaux sont les unions, où un titulaire a été nommé, généralement le chargé de communication ou le président, avec son suppléant.

Quinze  (15) SMS d’informations sur les prix du marché ont été reçu par le centre de gestion du SIMA de la FOPAKKM, via le téléphone Androïd. La plateforme ne semble pas avoir fonctionnée car il y a eu une déconnexion entre le téléphone et le compte TELERIVET. Les points focaux ont dû parfois procéder à l’envoi de 3 messages successifs, un par spéculation, parce qu’ils étaient limités en nombre de caractères par SMS.

Les informations reçues dans les 15 SMS ont été traitées, puis des messages reprenant les prix des différents marchés par produits ont été partagés aux 31 unions, dont 4 sont des points focaux -collecteurs, à l’inspecteur provincial de développement rural et aux 5 chargés de l’agriculture au niveau des territoires (Masi-Manimba, Bulungu, Idiofa, Bagata et Kikwit).

L’objectif de cette expérience et de contribuer à l’amélioration des revenus agricoles des producteurs familiaux dans la province du Kwilu. Pour ce faire, il faudra pour la FOPAKKM de concevoir un SIMA digitalisé, simple, peu onéreux, fiable et accessible en temps réel, et rendre accessible les informations sur les prix des marchés ruraux et urbains de la province aux producteurs agricoles familiaux afin d’améliorer la vente de leurs produits.

L’ambition et donc d’avoir un SIMA efficace et efficient est conçu et expérimenté dans la province du Kwilu. que les producteurs agricoles accèdent à l’informations sur les prix du marchés et les charges de commercialisation pour les orienter dans la vente de leurs produits. Aussi et surtout,  que l’expérience pilote du SIMA est évaluée en vue de son extension à d’autres provinces (capitalisation). Le prochain pas sera pour la FOPAKKM de finaliser le fonctionnement du SIMA  et développer les outils pour le fonctionnement du SIMA  en vue de lancer dès le mois de mars 2010 le projet pilote SIMA pour la province du Kwilu.

Quatre membres du staff de la FOPAKKM à savoir  MM. Advienne BUNDU, Richard MBUTA KIWENGE, Gabriel MITONDO, Mlle Espérance SONGI, et un agent de la Caritas en la personne de M. John Elanga ont  participé à cet atelier  animé par Mme Juliette Maquart, Responsable des Programmes chez Caritas International. La CONAPAC était représenté par on  chargé de communication,Emmanuel KOKOLO