Accueil | Nous joindre | Découvrez nous

Default Homepage Picture M (banniere1)Default Homepage Picture N (Aaltje Knoop) Default Homepage Picture N (Aaltje Knoop) Default Homepage Picture N (Aaltje Knoop)

CONFEDERATION NATIONALE DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CONGO

« L'agriculture familiale peut nourrir le Congo, si elle est soutenue »

PASPOR: les ateliers provinciaux se sont tenus malgré Ebola pour le cas de l’Equateur

Publié le 18 juin 2018

Les ateliers provinciaux programmés dans le plan commun de travail du Programme d’appui à la structuration, au plaidoyer et à la professionnalisation des producteurs agricoles familiaux org...

En savoir plus

Une synergie CONAPAC –CEMALA en vue de l’opérationnalisation de la loi agricole

Publié le 01 mars 2018

Rencontre le mardi 27 février 2018 au complexe Saint Eloi dans la Commune de Barumbu entre la CONAPAC et les membres de la Commission en charge d’élaboration des mesures d’application de la loi agr...

En savoir plus

PASPOR: les ateliers provinciaux se sont tenus malgré Ebola pour le cas de l’Equateur

images

Les ateliers provinciaux programmés dans le plan commun de travail du Programme d’appui à la structuration, au plaidoyer et à la professionnalisation des producteurs agricoles familiaux organisés en République Démocratique du Congo, PASPOR  en sigle, se sont tenus dans les provinces retenues pour ce programme. Hormis le Kasaï Oriental qui est en phase de restructuration, les autres provinces à savoir l’Equateur, le Kongo Central, l’ex Bandundu et le Nord Kivu ont réuni les membres de leurs fédérations respectives en vue de leur permettre d’avoir une compréhension commune de ce programme quinquennal. Le Sud Kivu a tenu son atelier du 14 au 16 juin 2018 à Bukavu. Pour le cas de l’Equateur, l’atelier s’est déroulé dans un contexte difficile avec la présence du virus Ebola qui causait déjà des morts à Mbandaka. Grace à des mesures préventives d’hygiène, les participants ont été sauvés de la contamination.  Le présent article tente de donner un aperçu sur le déroulement de ces ateliers.
Le PASPOR a comme objectif de permettre aux leaders des OPA des provinces de capitaliser les résultats de leurs échanges et d’améliorer leur gouvernance interne de manière à amener leurs OPA à se structurer géographiquement et thématiquement à travers le développement des chaînes de valeurs durables. C’était l’occasion de présenter les objectifs spécifiques du programme et les contextualiser en rapport avec les réalités de la province en vue de faire émerger les bonnes pratiques qui vont devoir alimenter le travail de facilitation des leads thématiques en prévision de la deuxième réunion du Comité de Pilotage national (CPN 2).Ces objectifs spécifiques sont :
La STRUCTURATION : Les OPA et leur faîtière provinciale, membre de CONAPAC, s’organisent et se renforcent sur le plan organisationnel. Le PLAIDOYER : Les OPA et leurs faîtières provinciales et nationales agissent en synergie en tant qu’acteur politique fort pour une meilleure défense
des certification des semences par SENASEM Les membres de la FOPAKO ont plaidé pour la décentralisation des structures de production des semences.


KWANGO, KWILU ET MAINDOMBE ONT PRODUIT UN RESUME SUR LA TYPOLOGIE, LES CARACTERISTUQES DES MEMBRES DE LA FOPAKKM

La Faitière des Organisations Paysannes du Kwilu, Kwango et Maï-Ndombe (FOPAKKM), une plate-forme de 131 unions et structures paysannes de l’ex-province du Bandundu dans le sud-ouest de la République Démocratique du Congo (RDC), vient d’achever avec succès son tout premier atelier provincial. Les activités de ce premier atelier se sont  déroulées du 12 au 14 mai 2018 dans la grande salle de l’Institut facultaire de Kikwit (IFAK) dans la commune de Nzinda en présence du ministre provincial de l’Agriculture,  pêche, élevage et du Développement rural, Maître Dosithée Muzama Malela. Plus de 100 leaders paysans délégués des structures membres de la FOPAKKM issus de trois provinces précitées, la représentante de l’Alliance AgriCongo en RDC Monique Van Meegeren, des partenaires techniques et financiers ont été présentes aux assises.


Le PASPOR veut accompagner les producteurs agricoles organisés vers le professionnalisme capable d’apporter le bonheur dans des ménages agricoles. L’on doit quitter l’agriculture de subsistance vers une agriculture entrepreneuriale», a expliqué Blaise Nzwanga, président du Conseil d’administration de la FOPAKKM afin que les partenaires aient une idée sur le programme qui accompagne les producteurs agricoles organisés.


Les assises de trois jours ont permis de restituer les activités réalisées lors des travaux du premier Comité de Pilotage national (CPN1) en 2017 à Kinshasa, la capitale et lors des travaux du deuxième Comité de pilotage provincial (2ème CPP) tenu à Kikwit en avril dernier.  Tous les participants se sont évertués de passer en revue les notes de tous les objectifs spécifiques du PASPOR pour les dernières analyses, propositions, amendements, recommandations et validations. Les éléments de réflexion constitueront une contribution de la province à l’élaboration d’un document national qui servira à la préparation des travaux du deuxième Comité de pilotage national (CPN2). Il sied de signaler que l’assiduité des participants était remarquable lors des groupes de travail mis en place par les organisateurs.

EQUATEUR : CONSTRUIRE UNE AGRICULTURE DURABLE PRESERVANT LES RESSOURCES NATURELLES.

Pour l’Equateur, la fin de l’atelier a été sanctionnée par une déclaration finale que nous reproduisons ci-dessous..

Il s’est tenu à Mbandaka dans la salle du centre d’accueil Atlantique du 28 au 30 mai 2018, un atelier de contextualisation des objectifs du Programme d’Appui à la Structuration, Plaidoyer, Professionnalisation des Producteurs Agricoles Familiaux Organisés en RDC « PASPOR »
L’atelier était consacré à un examen approfondi des objectifs du PASPOR sur les thématiques : structuration, intégration des filières plaidoyer, communication, genre, environnement.


Des exposés incitatifs suivis  des débats et des travaux en groupes ont permis d’avoir une compréhension commune des objectifs du PASPOR et de dégager une trajectoire tenant compte de l’environnement interne de la COPADE et de la province de l’Equateur.
1°.De la structuration des organisations paysannes,  la COPADE voudrait s’engager de renforcer les organisations de base par :
-L’évaluation des capacités de production des ménages des membres ;-L’accompagnement du processus de légalisation de ces organisations conformément aux lois du pays ;-La sensibilisation des membres des organisations de base à la création des coopératives agricoles pour les fonctions économiques
La COPADE sollicite de ce fait les autorités politico-administratives d’accorder les facilités pour la reconnaissance des organisations des producteurs agricoles.
2°. Les participants apprécient en juste valeur l’intégration des filières agricoles porteuses dans la structuration des organisations des producteurs agricoles. Cette approche permettra certes de spécialiser les producteurs agricoles et se situer dans la chaine des valeurs pour chaque spéculation sélectionnée à savoir dans un premier temps l’huile de palme, le riz et la pêche.


Ce choix a été fait sur base des volumes produits et écoulés sur les marchés mais aussi des priorités des provinces. Les producteurs agricoles organisés autour de ces trois filières pourront progressivement  créer des coopératives ou unions coopératives  dont le rayon d’action sera déterminé à partir des grands bassins de productions vers les centres de consommations et marchés.
3°. Les producteurs agricoles  sont déterminés à poursuivre le plaidoyer sur la prise des mesures d’application de la loi portant principes fondamentaux relatifs à l’agriculture au niveau national.

Intérêts des producteurs agricoles familiaux en RD Congo.Les FILIERES : La force économique des filières est intégrée dans la structuration et dans l’autofinancement du mouvement paysan à long terme. Le GENRE : Les OPA et leur faîtière provinciale, membre de CONAPAC, contribuent au renforcement de la position socio-économique et politique des femmes au niveau des ménages agricoles, des OPA à la base et de leurs communautés.
L ’ENVIRONNEMENT : Les OPA et leurs membres évoluent vers des pratiques durables agricoles qui contribuent au maintien de l’environnement. La COMMUNICATION : La CONAPAC et ses membres provinciaux assurent la circulation de l’information pertinente et fiable entre les différents niveaux : local, provincial et national.
Il faut rappeler que le PASPOR est un Programme mise en œuvre grâce à l’appui financier de la Direction Générale pour le Développement  du Royaume de la  Belgique.

LE KONGO CENTRAL A EVALUE LES RESULTATS DES PLAIDOYERS MENES SUR LE FONCIER, LE FINANCEMENT AGRICOLE ET LES INFRASTRUCTURES RURALES

Le plus intéressant est que partout dans les  provinces où se sont tenus ces ateliers, l’on a noté l’implication des ministres provinciaux en charge de l’Agriculture, du développement rural et des affaires foncières. Comme au Kongo central où l’atelier a réuni environ 50 participants composés essentiellement des membres de la Force Paysanne du Kongo Central (FOPAKO) et des acteurs du secteur agricole, venus de tous les territoires de la province du Kongo Central.
A l’ouverture, le Ministre provincial de l’agriculture, environnement, pêche et élevage,  Pierre Kabangu a salué la tenue de cet atelier à Matadi, en rappelant les objectifs principaux à savoir : la compréhension commune de ce programme  par les leaders des OPA ; la clarification de certaines appellations (OPA,CLER,CLD, Union, OP) dans le but d’harmoniser les différents documents légaux ; l’organisation des paysans et les ventes groupées profitant  des nouvelles technologies de l’information et de la communication; la compréhension par des leaders  des OP des bonnes pratiques agricoles  et l’évaluation des résultats des plaidoyers menés sur le foncier, le financement agricole et les infrastructures rurales en vue d’envisager un nouveau plan d’actions de plaidoyer pour l’année 2018. Les délégués de la FOPAKO ont été sensibilisé sur le nouvel outil de financement dénommé « Matching grant» en insistant sur son importance dans le développement des chaînes de valeur de trois filières retenues par le projet PDPC, à savoir : Manioc, riz et huile de palme. Mme Mireille Bishikwabo, représentante pays de SOS Faim,  a au nom de l’Alliance Agricongo, souligné qu’elle était ravie de participer à cet atelier  pour construire ensemble ce vaste programme initié par l’Alliance Agricongo en collaboration avec la CONAPAC dont la finalité est d’améliorer les conditions de travail des paysans pour éradiquer la pauvreté en milieu rural.

 
Au cours de cet atelier, il a été présenté les six thématiques du PASPOR et un rappel des recommandations émanant de la première réunion du  Comité de pilotage national (CPN 1) tenu à Kinshasa au mois de décembre 2017. Une restitution des travaux du Comité de pilotage provincial (CPP) a été faite avant que les participants travaillent en groupes. Pour chaque thématique, les participants ont relevé les bonnes pratiques pouvant bénéficier à la province.

 
Une tribune d’expression populaire a été tenue en marge de cet atelier. Cette activité  a mis autour d’une même table le Ministre provincial en charge de l’Agriculture, environnement, pêche et élevage et du développement rural et les délégués des producteurs agricoles.  Les échanges ont tourné autour des deux thèmes majeurs, à savoir : la problématique des semences et de la pêche dans la province.
L’objectif global de cette tribune d’expression populaire est de sensibiliser et collecter les attentes des paysans sur les enjeux du moment et recueillir des avis pour la mise en œuvre effective du plaidoyer. Les paysans producteurs agricoles ont exposé les différents problèmes qu’ils rencontrent dans la production notamment  la mauvaise qualité des semences, le retard dans l’acheminement des semences aux opérateurs  semenciers, les aléas climatiques, le marché  pour la vente  des semences, la conservation et les conditionnements des semences, le problème de suivi et la certification des semences par SENASEM Les membres de la FOPAKO ont plaidé pour la décentralisation des structures de production des semences
 KWANGO, KWILU ET MAINDOMBE ONT PRODUIT UN RESUME SUR LA TYPOLOGIE, LES CARACTERISTUQES DES MEMBRES DE LA FOPAKKM

La Faitière des Organisations Paysannes du Kwilu, Kwango et Maï-Ndombe (FOPAKKM), une plate-forme de 131 unions et structures paysannes de l’ex-province du Bandundu dans le sud-ouest de la République Démocratique du Congo (RDC), vient d’achever avec succès son tout premier atelier provincial. Les activités de ce premier atelier se sont  déroulées du 12 au 14 mai 2018 dans la grande salle de l’Institut facultaire de Kikwit (IFAK) dans la commune de Nzinda en présence du ministre provincial de l’Agriculture,  pêche, élevage et du Développement rural, Maître Dosithée Muzama Malela. Plus de 100 leaders paysans délégués des structures membres de la FOPAKKM issus de trois provinces précitées, la représentante de l’Alliance AgriCongo en RDC Monique Van Meegeren, des partenaires techniques et financiers ont été présentes aux assises.
Le PASPOR veut accompagner les producteurs agricoles organisés vers le professionnalisme capable d’apporter le bonheur dans des ménages agricoles. L’on doit quitter l’agriculture de subsistance vers une agriculture entrepreneuriale», a expliqué Blaise Nzwanga, président du Conseil d’administration de la FOPAKKM afin que les partenaires aient une idée sur le programme qui accompagne les producteurs agricoles organisés.
Les assises de trois jours ont permis de restituer les activités réalisées lors des travaux du premier Comité de Pilotage national (CPN1) en 2017 à Kinshasa, la capitale et lors des travaux du deuxième Comité de pilotage provincial (2ème CPP) tenu à Kikwit en avril dernier.  Tous les participants se sont évertués de passer en revue les notes de tous les objectifs spécifiques du PASPOR pour les dernières analyses, propositions, amendements, recommandations et validations. Les éléments de réflexion constitueront une contribution de la province à l’élaboration d’un document national qui servira à la préparation des travaux du deuxième Comité de pilotage national (CPN2). Il sied de signaler que l’assiduité des participants était remarquable lors des groupes de travail mis en place par les organisateurs.

 


NORD KIVU: NECESSITE D’INTEGRER LA FORCE ECONOMIQUE DANS LA STRUCTURATION

pour le Nord-Kivu, l’atelier s’est tenu du 8 au 10 mai 2018 à Goma. Cette réunion  d’échanges sur les grandes orientations du programme PASPOR était l’occasion pour les délégués de parler des objectifs assignés par ce nouveau programme et de les adapter à la réalité du terrain par rapport à la mise en œuvre.  Dès le départ, les participants ont sélectionné trois filières jugées « porteuses » autour desquelles leurs organisations ou fédérations agricoles travailleront le long du programme PASPOR. Il s’agit notamment du café, de la pomme de terre et du maïs.
Dans son mot de circonstance,  Ivan Godefroid  de RIKOLTO et répondant d’Agricongo, a révélé les grandes lignes du programme PASPOR, commençant notamment par l’objectif  principal qui est le développement de l’agriculture familiale dans cette partie de la République démocratique du Congo. 

Les autres objectifs du PASPOR
Premièrement, par rapport à la « structuration » indique le communiqué final, il a été comparé huit types d’organisations paysannes parmi lesquelles les participants ont défini la nature des relations entre elles d’une part et leurs besoins en appui à la fédération provinciale et la confédération nationale d’autre part. Ainsi, trois structurations types ont retenu l’attention de l’assemblée. C’est notamment les unions nationales par filières, les interprofessions et la confédération des unions nationales
Deuxièmement, par rapport au « plaidoyer », quatre thèmes prioritaires de plaidoyer ont été retenus à trois niveaux différents. D’abord au niveau local, il y’a la réhabilitation des routes de desserte agricole et de la route national par les attributaires réellement opérationnels. En suite au niveau provincial, il s’agit du processus de la réforme foncière. Enfin au niveau national, il y’a des mesures d’application de loi portant principes fondamentaux relatifs à l’agriculture et la participation des OPA à l’élaboration des budgets des ETD
Troisièmement, par rapport à la communication digitale, trois expériences sur la digitalisation ont inspiré l’assistance sur le rôle des Nouvelles Technologies de l’Information et de la communication dans le marketing et la commercialisation des produits agricoles…Ce dont il sera opéré un choix définitif sur un système de  téléphonie favorable à toutes les provinces du pays et sur un style de digitalisation.
Quatrièmement, par rapport au genre, il a été recommandé la mise en place d’un mécanisme de collaboration entre l’Académie Nationale Paysanne du Congo, ANPC en sigle,  et les fédérations provinciales ainsi que le ministère provincial du genre pour élaborer ensemble une politique spécifique du genre relative au secteur agricole.
De même, pour  l’objectif  environnement, l’agriculture durable et respectueuse pour l’environnement interpellent les agriculteurs familiaux de mettre en place  de modèle à impact positif sur l’environnement. Le besoin alimentaire en RDcongo nécessite inévitablement une augmentation considérable de rendement de la terre qui  devient de plus en plus rare dans certaines zones. La professionnalisation prônée par PASPOR est celle qui ne doit pas nuire l’environnement.
Bien plus, le délégué du consortium des organisations Belges qui accompagnent l’action paysanne en RDC, Ivan,  a ainsi rappelé que les objectifs du programme PASPOR devront être accomplis grâce à l’effort élevé de chacun de participants. « L’agriculture familiale est l’agriculture qui sera capable de réduire des importations de la nourriture qui coûte aujourd’hui1.5milliards. Le genre de thèmes discutés au sein du PASPOR vont amener les agriculteurs familiaux de la RDCongo à exporter d’ici 10 ans des aliments à 1,5milliars par l’an», espère Ivan Godfroid, Représentant Régional de Rikolto
A son tour, le président du conseil d’administration de la FOPAC/NK a rassuré l’opinion sur l’implication sérieuse des organisations paysannes de la région à la nouvelle donne de structuration.
Satisfaits apparemment, les participants venus des territoires de Nyiragongo, Rutshuru, Lubero, Walikale, Masisi et Beni ont chaleureusement applaudit le délégué du ministre provincial de l’AGRIPEL, prenant enfin la parole pour clôturer les travaux en atelier. A-t-il ainsi promis l’accompagnement du gouvernement provincial du Nord-Kivu dans la matérialisation de ce nouveau programme d’appui à l’agriculture familiale dans sa juridictionn

En province, leur plaidoyer se focalisera sur :
-Les facilités administratives pour la reconnaissance juridique des organisations des producteurs agricoles ;-L’organisation du marché des produits agricoles et de pêche prenant en compte l’entretien et la réhabilitation des routes de desserte agricoles, la suppression de toutes formes de tracasseries  sur les voies routières, fluvial et lacustres ;
-La sécurisation foncière des producteurs familiaux face à la relance de l’agro-industrie dans les filières huile de palme et cacao pour ne citer que ces deux cas
4°. Les participants ont compris l’importance des nouvelles technologies de l’information malgré que la province n’est pas suffisamment couverte par les radios communautaires ainsi les réseaux de télécommunications ce qui se manifeste par un taux encore bas d’accès au téléphone. Toutefois, ils s’engagent à la suite de cet atelier de commencer à documenter toutes informations sur les filières riz, huile de palme et pêche.
5°. Après avoir suivi les présentations sur l’intégration du genre, le transfert des connaissances par le truchement de l’Académie nationale paysanne du Congo, ANPC en sigle, les expériences du  Collectif des Femmes de l’Equateur, COLFEQ en sigle,  sur le démarrage d’un poulailler, la création d’une ferme école pour les apprentissages in situ, la création d’une coopérative agricole ; les participants sont convaincus que l’ANPC comme plaque tournante de formation en leadership transformationnel jouant positivement sur le Savoir, l’Avoir et le Pouvoir.
La COPADE devra engager dès lors des discussions avec la Ligue des femmes paysannes du Congo, LOFEPACO en sigle pour le démarrage des formations sur base des besoins exprimés lors de l’audit du genre qui est en cours de lancement à travers les fédérations  membres de la Confédération nationale des producteurs agricoles du Congo.
6°. Les participants à l’atelier sont unanimes de la nécessité de construire  une agriculture durable préservant les ressources naturelles.
Ils recommandent ainsi à WWF/Belgique de communiquer davantage sur la mise en œuvre du pilier Agriculture de la Stratégie nationale REDD+ et les projets d’investissements dans les composantes « Cacao durable », « Huile de palme durable » et « Mise en défens des savanes contre les feux de brousse.
Il revient aussi à la COPADE :
-d’aligner son plan stratégique au Plan national d’investissement agricole ainsi qu’à la stratégie nationale REDD+ et approcher les ONG internationales intervenant en provinces pour analyser les possibilités de  partenariat et de collaboration.-d’intégrer dans son plan stratégique les grandes orientations qui se sont dégagées à l’issu de cet atelier de contextualisation du PASPOR aux réalités de la province que dessus.    Les participants remercient sincèrement :
-Le Gouvernement provincial pour sa collaboration manifestée par la présence à cet atelier de leurs Excellences Monsieur le Ministre de l’Agriculture, pêche, élevage et du développement rural, Madame le Ministre  du Genre, Famille et Enfants ainsi que des hauts cadres de la territorial ;
-Les ONG Belges réunies au sein de l’Alliance AgriCongo et particulièrement l’ONG SolSoc, lead géographique pour leurs appuis techniques et financiers au Programme d’Appui à la Structuration, Plaidoyer, Professionnalisation des Producteurs Agricoles Familiaux Organisés en RDC « PASPOR » ;
-La CONAPAC pour son souci de construire un mouvement paysan structuré et économiquement fort ;
-Le CENADEP pour son accompagnement de proximité de la COPADE et ses membres ;
-Les organisations de la société civile et ONG Internationale alliés et/ou partenaires de la COPADE
-La COPADE pour ses efforts de renforcer les capacités des dirigeants de ses organisations membres ;
-Les organisations des producteurs agricoles membres des OP, des Unions et des fédérations pour leur dynamisme et engagements pour le développement de la province de l’Equateur.

Fait à Mbandaka, le 30/05/2018
Les participants